Bug d’EPEX : le prix belge passe de 2 233 à -133 euros/MWh - UPDATE

Logo EPEX 2019

Par Alexis Gléron, le 13/06/2019 à 10:38

UPDATE 16/06 : EPEX Spot a indiqué le 14/06 que l'origine du dysfonctionnement d'ETS était dû à l'envoi d'un ordre "corrompu", par un des participants au marché, qui a entrainé le blocage des serveurs d'EPEX. La nature exacte de l'ordre  incriminé est inconnue mais on peut assumer que celui-ci était d'un type complexe (block ou smart-block) qui sont plus difficiles à intégrer dans le carnet d'ordre. Les résultats de la première enchère ont été invalidés par EPEX car le calcul du prix n'avait pas intégré l'ensemble des ordres présents dans le carnet.

 

 

Vendredi dernier a été mouvementé pour les acteurs de marché. EPEX spot a décrit, hier dans un communiqué de presse, la série de problèmes techniques qui a affectée le bon déroulement de l’enchère day-ahead pour livraison le 08/06 et conduit à de violents mouvements de prix et cela tout spécialement dans le marché belge.

 

A partir de 11h39, EPEX a connu un dysfonctionnement de son système ETS, utilisé pour la transmission des ordres. Il a donc décidé d’utiliser une procédure de secours de calcul du prix en “découplant” ses marchés (Allemagne, Autriche, Belgique,France, Pays-Bas et RU). C’est à dire en conduisant une enchère day-ahead purement nationale sans intégration des interconnections électriques entre les différents pays.

Ce découplage a conduit à un second problème technique pour EPEX, qui a dû annuler les résultats de la première enchère nationale, publiés à 13h41, et lancer une seconde enchère dont les résultats n’ont été connus qu’à 15h38.

 

Cette série de bugs a affecté, le prix day-ahead dans tous les pays découplés, le prix moyen journalier en  France est par exemple passé de 23,30 euros/MWh durant la première enchère (annulée) à 3,68 euros/MWh dans la seconde (finale). La Belgique, dont le système électrique est très dépendant des imports et exports, s’est retrouvée dans une situation bien plus extrême, le prix moyen journalier passant de 2 233 euros/MWh durant la première enchère à -133 euros/MWh dans la seconde. Pour mémoire, les prix day-ahead sont encadrés par un plancher (-500 euros/MWh) et un plafond (3000 euros/MWh).

 

Pourquoi un prix aussi bas durant la seconde enchère? Les acteurs pris au dépourvu n’ont majoritairement pas été capables ni de modifier leur programme de marche ni d’envoyer des programmes d’import/export “explicites”. Ce qui a conduit en Belgique a un large surplus de production, notamment d’origine nucléaire (pour une fois que les réateurs belges fonctionnaient…). Les prix des écarts belges durant le 08/03 ont eux aussi été extrêmement volatiles.  

 

Ce dysfonctionnement  de marché devrait donner lieu à une enquête approfondie et à des changements dans la procédure de secours d’EPEX.

©2019 by Ener'Focus.

En continuant votre  navigation sur ce site web vous acceptez ses CGU et sa politique cookies

Les opinions exprimées sur ce site web n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairemment les opinions des employeurs de l'auteur.