Quelques mots sur un mois d'actualité de l'énergie

creative commons

Vous l’avez peut-être remarqué si vous êtes un lecteur assidu d’Ener’Focus (et vous devez l’être puisque que vous êtes en train de lire l’édito que la plupart des gens ignore royalement)  mais je n’ai pas été très productif ce mois-ci sur le suivi de l’actualité. J’ai en effet été occupé sur plusieurs nouveaux projets, en lien ou non avec Ener’Focus. Comme vous avez pu le constater j’ai aussi décidé de consacrer du temps à changer le format du magazine qui devient 100% basé sur le web. Plus de PDF à télécharger ou de liseuse, vous pourrez tout lire facilement sur votre smartphone. Et moi je pourrais traquer vos préférence de lecture plus facilement.     

 

Qu’est-ce que j’ai manqué dans l’actualité ce mois-ci? Bon l’ARENH et son plafond, je l’ai traité quand même vu que c’était la GROSSE actu du mois. Je n’ai pas parlé par contre de l’extension d’un an à iso-obligation de la 4ième période des CEE, qui n’a aucune incidence sur les prix des CEE qui sont toujours autour des 9 euros/MWhc aux dernières nouvelles. 

 

Autre actualité, selon la presse populaire (Les Echos et consorts) la France a frôlé le black-out une fois le 7 octobre, alors que le mécanisme d’interruptibilité était activé pour la seconde fois cette année. Ce mécanisme est certe un moyen non conventionnel de rétablir l'équilibre du réseau mais il faut se souvenir qu’il coûte plusieurs centaines de millions d’euros par an (les sites  industriels recevant une rémunération qu’ils soient délestés ou non). Il est donc normal que de temps en temps surviennent des situations qui poussent à l’utiliser, sinon cela reviendrait à payer une assurance auto alors que l’on ne possède pas de voiture.
 

Bonne lecture à tous de ce numéro nouvelle formule. 

Alexis Gléron

©2019 by Ener'Focus.

En continuant votre  navigation sur ce site web vous acceptez ses CGU et sa politique cookies

Les opinions exprimées sur ce site web n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairemment les opinions des employeurs de l'auteur.