Le plafond de l’ARENH  pas relevé pour 2020 : quel impacts?

Par Alexis Gléron, le 01/10/2019 à 10:05

Alors que la loi énergie-climat a été adopté le 11/09 à l’Assemblée et le 26/09 au Sénat, le ministère de la transition écologique et solidaire a douché la semaine dernière les espoirs des fournisseurs et consommateurs d’électricité. Selon un article paru dans les Echos vendredi dernier, le ministère ne considère pas pouvoir publier l'arrêté, nécessaire au relèvement du plafond de 100 à 150 TWh en 2020, avant le guichet de fin novembre. 

 

La raison évoquée est que les échanges en cours avec la Commission Européenne ne pourront pas aboutir avant la fin du guichet de novembre. Hors, les échanges en cours avec la Commission Européenne ne concernent en réalité que peu la relève à court-terme du plafond de l’ARENH, elles portent sur des évolutions plus structurelles du mécanisme (forme des guichets et prix) en parallèle du projet Hercules (réorganisation d’EDF). Ainsi le Ministère semble vouloir suivre les demandes d’EDF à l’encontre de tous les autres acteurs du marché, liant implicitement hausse du plafond à une hausse du prix de l’ARENH (le prix de 45 euros/MWh est souvent évoqué).   

 

Quel impacts? Si l’on considère que le plafond de l’ARENH a été dépassé de 33 TWh  l’année dernière et que la part de marché des fournisseurs alternatifs a continué de croître à un rythme soutenu tout au long de 2019, le volume de demande au guichet de novembre devrait se trouver dans une fourchette de 145-150 TWh. Ce qui signifierait un taux d'écrêtement de 31-33% des demandes ARENH. Pour les consommateurs cela signifie que 31-33% de leur droits ARENH 2020 seront effectivement acheté sur le marché. Dans les contrats à prix fixe la référence marché utilisée est souvent la moyenne des cotations EEX du 30 novembre au 21 décembre. 

 

Le prix pour le CAL 2020 se trouve actuellement vers les 51 euros/MWh (soit 9 euros de plus que l’ARENH, sans prendre en compte les garanties de capacité). Le prix de marché peut être significativement impacté à la hausse par l'écrêtage des demandes d’ARENH, une part importante du volume écrêté n’ayant pas encore été acheté par les fournisseurs et les consommateurs. Dans tous les cas, la pression de cette demande supplémentaire devrait agir comme un frein à toute baisse du prix du CAL 2020 d’ici la fin de l’année.

©2019 by Ener'Focus.

En continuant votre  navigation sur ce site web vous acceptez ses CGU et sa politique cookies

Les opinions exprimées sur ce site web n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairemment les opinions des employeurs de l'auteur.