Focus  Marchés de l'Energie

Creative commons

Publié le 23/04/2020 à 13:15

Gaz Naturel

Le marché du gaz semble obstinément inintéressant. Sa volatilité demeure faible et son prix évolue dans une fourchette plutôt réduite. Ayons une pensée pour les importateurs de gaz en Europe et en Asie qui ont décidé cette année d'indexer leur contrat d'achat sur le TTF ou le JKM (c’est balot quand même vous indexez pendant des années sur le pétrole,vous décidez de changer et l’ancien indice s’écroule). 

Evolutions des prix du gaz naturel sur le PEG - Source Powernext

Charbon

Le prix charbon, suivant en grande partie le pétrole, s’écroule et atteint un record de 42,25 dollars la tonne (contrat API2 ARA M+1). La faiblesse de l’économie mondiale et notamment de l’industrie manufacturière génère un surplus de production massif qui mettra du temps à disparaître, même en cas de reprise.

Lien vers le graphique ici

Pétrole

Alors que les perspectives de la consommation mondiale de pétrole sont devenu de plus en plus pessimistes, les prix du pétrole se sont écroulés. Le prix du baril de Brent M+1 s’est clôturé hier à un niveau de 24$/baril. 

 

Comme vous l’avez sans doute lu dans la presse, les prix du WTI pour livraison mai sont devenus négatifs lundi (jusqu’à -42$/baril). L’apparition de ces prix extrêmes est la combinaison de plusieurs facteurs. Le premier est que ce jour était le jour du “roll-over” pour les ETF. Ces fonds passifs sont l’instrument de prédilection des petits spéculateurs, ils sont purement financiers et passent d’un contrat M+1 à l’autre à la fin de chaque mois en vendant leur positions pour M+1 et achetant sur M+2 (qui va devenir le nouveau M+1 du coup). En temps normal, des traders physiques sont présents pour contrebalancer la pression baissière du “roll-over” des ETF . Ces derniers achètent le M+ 1 à un prix un  peu inférieur, le stockent et le vendent en M+2, espérant ainsi réaliser un arbitrage.

 

Malheureusement, la capacité du stockage de Cushing (point de livraison du contrat) était complètement réservée sur la période, de tels arbitrages ne pouvaient être réalisés. Cette réservation importante par rapport au taux de remplissage (environ 70%)  à fait apparaître des soupçons de manipulation de marché de la part de certains traders qui auraient sur-réserver afin de faire baisser les prix (capacity hoarding).  

 

C’est donc un événement exceptionnel qui ne nous renseigne pas forcément sur la valeur actuelle du pétrole. La leçon principale à en retirer :  ne placez pas vos économies dans un ETF sur le pétrole. Soyons clair, les ETF et les futures portant sur les commodités ne sont pas un investissement, c’est un jeu à somme nulle (votre gain est la perte de quelqu’un d’autre et inversement) et en tant que particulier vous êtes sûrement du mauvais côté du bâton.  

 

Lien vers le graphique ici

Carbone

Les EUA suivent de près les mouvements de l'électricité et notamment des perspectives de la production nucléaire française détaillés ci-dessous. Ils s’établissent hier à 20,57 euros. Est-ce bien raisonnable alors que les perspectives de l’industrie européenne et notamment de la sidérurgie (grande émettrice) sont extrêmement décevantes (les indices PMI européen sont au plus bas)? Je confie à d’autres le soin de répondre à cette question.  

Lien vers le graphique ici

Electricité

Bon, la semaine a été un peu difficile pour les acheteurs d’électricité. Juste quand les marchés pensaient s’être un peu emballés sur la révision de la production nucléaire d’EDF et que les prix étaient descendus en début de semaine, effaçant le mouvement précédent, rebelote.

 

EDF a publié hier dans le cadre de ses obligations REMIT, les nouvelles dates prévisionnelles de maintenance de ces réacteurs. Cela devrait affecter à la baisse la disponibilité du parc de 6GW durant le Q3 2020, de 4GW durant le Q4 2020 et de 2-3 GW sur Q1 2021.  Attention cependant, cette révision n’est pas suffisante pour atteindre les 300 TWh annoncés en 2020. En comptant les pertes de production déjà réalisées et l’impact des révisions de hier, on arrive à une production 2020 d’environ 320-330 TWh. De nouvelles révisions de la durée des maintenances pourraient encore avoir lieu à des dates inconnues. 

 

La nouvelle a immédiatement fait remonter les prix sur  les diverses échéances. Est-ce que cette hausse sera maintenue? Difficile à dire, l’impact à moyen terme du COVID sur la demande est largement inconnu et EDF pourrait encore rebattre les cartes de son planning de maintenance (de préférence juste avant l’hiver afin de plonger encore un peu plus les marchés dans l’incertitude).

Evolutions des CAL BASELOAD FR - Source EEX

AVERTISSEMENT:  Les opinions et informations présentées dans cet article “Focus Marché de l’Energie” ne sont pas des conseils financiers ou juridiques. Ener'Focus et les contributeurs de cet article ne sont pas responsables de l'utilisation qui peut en être faite et des dommages qui peut en résulter.

©2019 by Ener'Focus.

En continuant votre  navigation sur ce site web vous acceptez ses CGU et sa politique cookies

Les opinions exprimées sur ce site web n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairemment les opinions des employeurs de l'auteur.