Focus Marché du gaz

Creative Commons

Publié le 23/09/2020 à 17:00

Après avoir suivi une tendance baissière depuis plus d’un an, avec un minimum atteint en début d’été, le prix du gaz naturel montre des signes haussiers sur toutes les maturités depuis le début août. Nous avons interrogé Alexandre Smirou, trader d'énergie senior chez Solvay pour nous donner quelques perspectives sur les tendances à moyen terme du marché. 

 

La consommation européenne demeure moins élevée que son niveau pre-COVID et les stockages européens sont bien remplis. Comment expliquer la remontée des prix du gaz naturel? 

 

La remontée des prix du gaz naturel s’explique principalement par la conjonction de plusieurs facteurs :

  • L’arrêt des flux de LNG en provenance des USA vers l’Europe. Cela fait suite à une baisse de la production domestique américaine et une augmentation des prix JKM (indice principal des prix du gaz en Asie), l’Asie devenant une destination plus attractive pour le LNG ;

  • La baisse de la production de gaz en provenance de Norvège et de Russie pendant la période de maintenance estivale, 

  • Coté demande, la faible production nucléaire française et une consommation électrique importante, due aux températures élevées, ont entraîné un fonctionnement accru des centrales gaz en Europe ;

  •  La demande de gaz a aussi été soutenue par les injections dans les stockages qui ont repris fortement à partir de fin juillet,début août.

 

La production mondiale de gaz a diminué suite aux niveaux de prix bas du premier semestre 2020, rendant l’activité de nombreux puits déficitaires. Peut-elle s'accroître de nouveau dans les prochains mois, si les prix continuent d’augmenter?   

 

Il y a eu un choc évident pour tous les producteurs de gaz et je pense que celui-ci a été encore plus violent pour les producteurs de gaz américains. Leurs puits souvent associés à une production de pétrole de schiste ont connu un fort ralentissement, voir un arrêt total de la production. Il y a eu de nombreuses faillites. Toutefois, cette production pourrait en effet reprendre à moyen-terme si la remontée des prix se confirme.

A votre avis, le mouvement à la hausse sur août/septembre est-il un réellement retournement de tendance ou n’est-il que passager? 

 

Tout dépendra de la reprise économique, lié à l’arrêt de l’épidémie de COVID.

Si certains pays devaient être confinés, cela aurait un effet macroéconomique désastreux et détruirait de facto tout potentiel de reprise de la demande et donc de hausse de prix.

 

Dans le cas contraire, si une reprise économique se confirme et qu’une extinction de l’épidémie se profile, au vu des ajustements actuels, un léger rebond sur les prix peut être attendu.

 

Les fondamentaux de l’offre de gaz restent tout de même bien solides, avec une guerre commerciale entre les USA et la Russie pour avoir la mainmise sur le marché européen. Ces deux pays devraient donc continuer à offrir des volumes importants en Europe, ce qui devrait prévenir une hausse trop prononcée pour les mois à venir.
 

Quels sont les principales sources d’incertitude qui pourraient générer de la volatilité sur les marchés durant les mois à venir? 

 

Les futurs développements de l’épidémie de Covid-19 et les politiques sanitaires et économiques qui pourraient en découleront sont les grands facteurs de volatilité actuels et sont donc à surveiller de près.

Evolution des prix sur ces derniers mois, Euros/MWh, Source EEX

Alexandre Smirou est trader sur les marchés européens de l'électricité, du gaz et des émissions depuis 13 ans.

 

Il a travaillé pour plusieurs grands acteurs de l'énergie, notamment à Londres où il a été employé par Eni ou encore Gazprom Marketing and Trading.

L'expert

©2019 by Ener'Focus.

En continuant votre  navigation sur ce site web vous acceptez ses CGU et sa politique cookies

Les opinions exprimées sur ce site web n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairemment les opinions des employeurs de l'auteur.