5 règles pour survivre à l’apocalypse des marchés de l’énergie
survival-g4c0234ccd_640.jpg

Source Pixabay, Creative Commons

Post Sponsorisé par Obero

Si vous nous lisez régulièrement vous savez que l’on parle souvent de volatilité, d’incertitudes ou encore  d’évènement extrêmes liés au marchés de l’énergie. Toutefois, ces termes qualifiaient des mouvements d’une amplitude dix fois moindre que ceux que nous observons durant ces derniers mois. Au vu de la situation actuelle, où les prix de l’électricité et du gaz connaissent un « black swan event» toutes les semaines,  nous pouvons désormais parler d’apocalypse des marchés de l’énergie (et surtout cela fait un titre aguicheur à l’article).

Des entreprises dont l’énergie n’était qu’un poste de dépense secondaire  font maintenant face à des factures qui mettent en danger leurs activités. Fixer le prix de son énergie un jour plutôt qu’un autre peut faire varier de plusieurs dizaine de % le prix final de votre énergie. Une simple décision peut donc impacter profondément les résultats financiers de votre entreprise voir sa survie.

Comment survivre et réagir à face à l’apocalypse des marchés de l’énergie en tant qu’entreprise ? Voici notre manuel de survie en 5 règles.

graph 2006 2022_edited.png

Evolution des prix A+1 pour l'électricité source EEX

Apocalypse et exposition aux prix de l’énergie

La première règle de survie durant l’apocalypse des marché de l’énergie, et la plus absolue, est de savoir à quel point votre entreprise est vulnérable aux prix de l’énergie. Si le prix de l’électricité ou du gaz varie de 10 euros/MWh de combien varie le prix de mes produits/services ? Est-ce que, au vu de mes contrats et de la situation concurrentielle, je peux répercuter cette hausse de coûts vers mes clients ?

Répondre à ces questions vous évitera de foncer dans un mur les yeux fermés. Votre stratégie d’achat d’énergie doit être planifiée autour de ces données quantitatives. Déterminer à quels  niveaux de prix le coût de l’énergie détruit la marge commerciale de l’entreprise vous permet de déterminer un stop-loss.

Cela peut aussi orienter vos choix de production. Quels produits/services de votre catalogue sont moins gourmands en énergie ? Dois-je faire des stocks maintenant en prévision de prix plus élevés ?  Quelle optionnalité pour reporter ou avancer certaines commandes ?  Les contraintes  autour de l’approvisionnement en énergie peuvent généralement être optimisées, si il y a une bonne interaction entre achats et la production.

Apocalypse et fixation de prix

Le prix de l’énergie explose, est-ce que cela signifie que je dois fixer maintenant parce que cela risque d’exploser encore plus ou attendre que le prix redescende ?

C’est une mauvaise question à se poser -- à part peut-être à un horizon inférieur à la semaine pour ceux qui suivent le marché en temps réel.  Au-delà  vous n’avez aucune idée de comment le prix va évoluer. Laissez-moi répéter AUCUNE IDEE. Ni vous, ni moi (oui j’adore faire des prévisions et oui elles se révèlent parfois justes mais elles ne servent pas à grand-chose à part illustrer ce que l’on sait déjà), ni les consultants, ni votre fournisseur. C’est la deuxième règle de survie, durant l’apocalypse n’essayez pas de prévoir le futur, juste d’éliminer les scénarios les plus noirs.

Les fondamentaux de prix peuvent changer très violemment à tout moment et de toute manière les prix à terme peuvent rester au-dessus des fondamentaux pendant de très longues périodes, les prévisions de prix à  long-terme n’ont aucune valeur pour votre stratégie. Quelle est la meilleure stratégie lorsque que l’on doit prendre des décisions qui impactent le futur et que l’on ne connait pas celui-ci ? Et bien on fait de la gestion de risque.  Rappelez-vous, Ener'Focus en avait déjà parlé des différentes stratégies de gestion des risques dans cet article.  

Oubliez votre contrat à prix fixe tout simple. Si vous chercher à mettre en place un nouveau contrat de fourniture, vous devez avoir un contrat clic, avec le plus de clics possibles, avec le plus de périodes de livraison possibles,  avec une option de revente, avec une exposition au spot possible, avec tout le tralala. Face à  tant que volatilité, ce qui pouvait être de la complexité inutile avant est désormais nécessaire.

Oubliez la sélection uniquement sur critère prix, choisissez le fournisseur vous proposant le contrat de fourniture qui vous permettra de faire la meilleure gestion des risque. Économiser quelques euros en choisissant le moins cher n’a aucun intérêt si le contrat est plus restrictif.

Et puis, il va falloir le gérer de façon dynamique ce contrat et il va falloir faire de la gestion de risque. Pas de mais. Vous n’avez pas les ressources, pas l’habitude, etc. ? Pas d’excuse, c’est l’apocalypse trouvez une solution. Ou mieux contactez nous, nous vous en proposerons une.

 

Apocalypse et exposition au spot

Troisième règle de survie face à l’Apocalypse, le spot doit faire partie de votre stratégie d’achat. Celle-ci peut  vous paraitre surprenante mais elle est logique, puisque qu’on ne sait absolument pas dans quelle direction le prix va aller. Laisser une petite partie de votre approvisionnement au spot n’est pas une mauvaise idée du moment qu’elle insère dans votre politique de gestion de risque.

Le spot peut-être extrêmement moins cher que les prix à terme tout comme il peut être extrêmement plus cher. Acheter à 100% au spot sans possibilité de fixation est stupide (ou dans  certains cas désespéré)  mais avoir une exposition résiduelle qui varie en fonction de si le prix dépasse certains niveaux va au contraire vous permettre de lisser encore plus le risque de prix.

Autre point important, la revente sur le spot doit désormais faire partie de votre stratégie. Si vous êtes un industriel, il existe forcément un niveau de prix spot où il est plus rentable pour vous de revendre les volumes achetées à terme que de continuer à consommer. Vous devez vous assurez d’être capable de répondre à ces situations. Non seulement vous allez gagner de l’argent mais en plus vous participez au bon fonctionnement du système énergétique.   

 

Apocalypse et ARENH

Pour votre contrat d’électricité, une de vos dernières planches de salut est l’ARENH. 42 euros/MWh, 5 fois moins cher que le CAL 2023 à la date de rédaction de l’article.

Mais la 4ième règle de survie à l’apocalypse est : attention à l’écrêtement. Si votre contrat ne permet pas de l’anticiper et indexe son coût sur décembre A-1, cela laisse un volume important non couvert et soumis à une forte incertitude (voir décembre dernier). Bien entendu, il existe des incertitudes autour du niveau de l’écrêtement, surtout si le gouvernement décide de relever le plafond de l’ARENH mais ne pas en tenir compte du tout n’est pas la bonne stratégie.

 

 

Apocalypse et fournisseurs

Règle de survie numéro 5, durant l’apocalypse, certains fournisseurs d’énergie vont faire défaut, évitez d’être leur client. C’est déjà arrivé à des petits fournisseurs, cela peut arriver à des gros voire des très gros. Et même s’il ne fait pas défaut, un fournisseur peut essayer de revenir sur certaines clauses sur contrat (flexibilitées et optionnalitées diverses).

Choisissez bien vos fournisseurs avec soin, encore une fois oubliez les quelques euros/MWh que vous pouvez gagner en sélectionnant le moins cher.  Si possible, ayez plusieurs fournisseurs, même sur un même site,  ne confiez pas tous vos volumes au même. Car en cas de défaut avec un seul fournisseur, vous n’aurez plus du tout de couverture.  

logo Obero bleu sur blanc(1).png

Obero est une plateforme innovante de gestion des contrats de fourniture. Nous souhaitons rendre accessible à  toutes les entreprises des outils et expertises précédemment réservées aux plus gros acteurs.

Pour avoir un premier aperçu de notre solution contactez-nous dès maintenant.

Contact: alexis.gleron@augmented-energy.com

Site web : obero.io